La Débrouille — Maison d’aide et d’hébergement pour femmes et enfants victimes de violence conjugale
418 724-5067
418 724-5067

23 septembre 2019

La Débrouille se mobilise pour le climat et invite la population à prendre part à la marche mondiale pour le climat le 27 septembre

La Débrouille a répondu positivement à l’appel de la grève climatique mondiale La planète en grève qui aura lieu le 27 septembre. Lors de cette journée, les services de La Débrouille seront maintenus, mais seront assurés par une équipe réduite, afin de permettre aux travailleuses ainsi qu’aux femmes utilisatrices de nos services de participer à la manifestation qui aura lieu à 11:30 devant le Cégep de Rimouski. La Débrouille se joindra ainsi à un contingent féministe composé d’autres organismes de Rimouski (Centre femmes de Rimouski, le CALACS et CIBLES).

Les femmes sont les plus touchées par les ravages des changements climatiques
Le 15 mars 2019 dernier, plus de 150 000 étudiant.e.s étaient en grève à travers le Québec. Cette mobilisation se poursuit le 27 septembre où des centaines de milliers de personnes à travers le monde se joindront à la marche. La Débrouille s’allie à ce mouvement mondial puisque la catastrophe écologique a des impacts majeurs sur les femmes. Liée aux ravages du capitalisme, elle aggrave largement l’oppression des femmes du monde entier. En effet, l’exploitation sauvage des ressources naturelles impacte majoritairement les communautés appauvries, souvent racisées, au « Nord » comme au « Sud ». Les femmes représentent près de 70% de la population vivant sous le seuil de la pauvreté, ce qui les rend plus à risques lors des catastrophes naturelles ainsi que face aux changements climatiques . En cas de catastrophe naturelle, les décès de femmes sont jusqu’à quatorze fois plus élevés que chez les hommes.

De plus, l’impératif écologique aliène davantage les femmes, qui sont les plus enclines à souffrir d’éco-anxiété et à consacrer du temps domestique à la réduction de leur empreinte écologique, ce qui les enferme à nouveau dans une division sexuelle du travail.

Enfin, les femmes sont bien souvent à la tête des luttes environnementales et mettent de l’avant la nécessité de joindre la défense de l’environnement au bien-être des communautés. Ainsi, la justice sociale et la solidarité internationale sont au cœur des luttes écologiques féministes.

En tant qu’organisme luttant pour les droits des femmes, et plus spécifiquement contre la violence faite aux femmes, il nous apparait donc essentiel de marcher pour le climat.

Références :
Développement et Paix, Chaud devant (2015). Impacts des changements climatiques dans les pays du sud et recommandations pour une action du Canada, rapport officiel.
AQOCI (2016) Femmes et changements climatiques : fiche synthèse.
Bouazzouni, Nora (2019) Comment l’impératif écologique aliène les femmes.